25 mai 2008

Marcel Aymé - Le Chemin des Ecoliers

"Vaincus, Nom de Dieu. Dire qu'on en est là, nous la France. Je ne peux pas le croire. Quand j'y pense, misère, à la France, je me la revois du temps que j'étais môme, à la communale, que je la dessinais sur mon cahier de cartes. Foutue comme pas une femme au monde, avec ses belles petites formes fines, son joli museau tendu sur la mer, ses rivières bleues comme des veines de jeune fille, les préfectures et autres villes, et des voies ferrées qui partaient de Paris comme des coups de frisson"
Posté par Supertzar à 12:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 mai 2008

Thomas Bernard - Perturbation

"Quand je suis en pleine nature (...) je me dis qu'il vaut mieux ne pas être en pleine nature, quand je ne suis pas en pleine nature, je me dis qu'il vaut mieux être en pleine nature. A speculer de la sorte, je hâte ma vieillesse, je cours à ma perte (...) La liberté est comme une armure qui enserre mon esprit (...), la liberté totale que je possède et qui m'étouffe. Je suis conçu entièrement contre la réalité"
Posté par Supertzar à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2008

Thomas Mann - La Mort à Venise

" (...) arriver à Venise par le chemin de fer, c'était entrer dans un palais par la porte de derrière; il ne fallait pas approcher l'invraisemblable cité autrement que comme lui, en bateau, par le large"
Posté par Supertzar à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2008

Karen Blixen - La Ferme Africaine

" (...) et j'étais toujours émerveillée par la belle ordonnance de mes plantations; d'un vert si frais au milieu de la plaine grise; je sentais à quel point les figures géométriques répondent à un besoin de l'esprit"
Posté par Supertzar à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]