10 septembre 2008

Histoires d'un chercheur (2)

La thèse : apprendre, s'affirmer, apprendre à s'affirmer...

On se sent important quand on commence la thèse. On regarde derrière soi et on ne considère plus les DEUG, licences ou maîtrises de la même façon. Mais passons les généralités je vous ai promis du concret.

Mon message le plus important est que l'après-thèse se prépare pendant la thèse, qu'on le veuille ou non. C'est ceci qui doit vous intéresser, et non comment j'ai fait la thèse proprement dite, car en ceci je ne suis pas un modèle. Quelques mois avant ma soutenance, Madame B. m'a demandé d'exposer ma recherche à des étudiants de DEA, et je les ai remerciés à la fin car grâce à eux j'ai enfin compris mon sujet, au bout de presque 4 ans de travail intense. Message intermédiaire : c'est en communiquant qu'on comprend ce que l'on cherche vraiment.

Voilà donc comment je vais vous exposer la suite :

1) la thèse et ses pérégrinations

2) la préparation de l'après-thèse

3) les travaux annexes, projets d'équipe

---

La thèse et ses pérégrinations

Tout le monde est d'accord, on lit au début beaucoup de choses finalement inutiles pour ce qui est de cerner et de résoudre le problème central. C'est inévitable mais cela varie en fonction des tempéraments. Je me rappelle qu'un collègue jeune docteur avait pu soummettre à son directeur un plan détaillé et complet de sa thèse dès les premiers mois, et il s'y est tenu sans grands changements. Ce n'a pas été mon cas. Même maintenant je me demande si mon plan ne serait pas mieux comme si, comme ça. Si vous êtes comme moi alors prenez-garde, surtout faîtes le clair dès le début.

L'expérience outre-mer m'a ouvert les portes des sources étrangères, en anglais principalement. J'ai beaucoup cité dans mon texte, par respect pour les anciens. D'une certaine façon je me sentais appartenir à eux, redevable que j'étais de leurs longues heures de travail des décennies avant mon aventure. On dit qu'il faut couper le cordon, oui c'est d'accord, mais cela ne veut pas dire renier. Ma directrice me dit récemment qu'il faut pardonner les lacunes des travaux passés; l'accessibilité aux sources n'était pas la même, sans les technologies nouvelles de diffusion de l'information. Pour trouver les bonnes sources, je n'ai pas hésité à reprendre le car-ferry, afin d'atteindre Oxford où les seuls exemplaires en Europe d'annuaires statistiques dont j'avais besoin se trouvaient, et se trouvent toujours. A Oxford j'ai appris deux choses : que la connaissance fait naître des villes superbes, et qu'il ne faut pas tomber amoureux d'une fille aux faux seins.

Le laboratoire m'a beaucoup soutenu, car les frais de voyage étaient payés. J'y reviendrai dans mes commentaires sur les travaux annexes, qu'il ne faut jamais refuser sous prétexte d'être trop occupé. Mon expérience d'après-thèse que je relaterai bientôt m'a appris les charmes d'un travail de 10 heures par jour en moyenne en comptant les week-ends et sans avoir plus qu'une semaine de vacances par an. Ne vous croyez pas si occupé. Et de toute façon la thèse ne permet pas plus de quelques heures de travail par jour.

Quoi d'autre à dire avant la soutenance ? Des discussions régulières avec Madame B., dont tous les autres doctorants sous sa charge se plaignaient, parce qu'elle explique mal, a un caractère endurci, et se montre sévère sans raison apparente. Cela ne m'a jamais gêné. Au contraire, j'ai apprécié l'impartialité de ses remarques comme autant d'impulsions fertiles et généreuses me permettant d'avancer. Il ne faut pas trop se faire influencer par ses camarades; à les écouter j'aurais arrêté mes études avant le lycée.

Eviter les conflits de labo. Mon audace m'a valu d'être placardé contre le mur, tenu à la gorge par un ami géographe devenu fou à force de voir son ambition soi-disant 'bloquée' par ceux qui me dirigent. Ce type avait tout d'un prof différent lorsqu'il nous enseignait en mâitrise. Il nous faisait bien rire avec ses histoires de conflits de labo. Une excursion dans les Alpes et j'étais le bouffon de service, rivé que j'étais dans mes souliers par les vannes répétées des camarades, le prof y compris. Pourtant il nous faisait bien rire, et nous faisait boire du bon vin au bord de la piscine du centre d'accueil. Il faut dire que j'ai sapé l'ambiance en annonçant dès l'arrivée au milieu d'un silence de mort : "quand ça commence bien, ça finit mal". J'ai alors eu le droit à des fusils en guise d'yeux de la part de tout le monde, et le guide qui devait alors nous faire rencontrer des lieux et acteurs-clés de la région me scrutait paré d'un sombre sourire. C'est peut-être pour en sortir que j'ai décidé de faire une thèse, pour les fuir. Deux ans plus tard, il me placardait à la sortie de son bureau, donc, à la vue de son frère lui-même terrorisé. On ne m'aide pas. En me recroisant dans les couloirs plusieurs minutes après, ce prof me lance "attention, tu sais que tu mériterais le conseil de discipline avec une telle attitude". Menteur. Et à une lettre que je lui avait écrite quelques mois auparavant, en lui demandant de ne plus trop étaler ses problèmes devant moi car cela me gène qu'il mentionne ma directrice et mes collègues de façon si négative, il m'avait répondu : "je ne sais pas de quoi tu parles". Se méfier des parano-dépressifs-hytériques-compléxés. Il y en a au moins un par fac ou par département. Ils ont du se faire rosser ou railler à l'armée, et ils se vengent une fois la sécurité de l'emploi acquise. Certains sont aussi directeurs de thèse, et font des ravages.

Revenons au travail. La thèse se déroule plutôt bien, et je m'acharne à terminer dans les temps. Quelle joie et quelle angoisse lorsque Madame B. commence à parler de la date de soutenance et de la composition du jury. D'autant plus que ceux-ci pèsent leur poids en géographie, ce n'est pas n'importe qui. Presque 4 heures de soutenance, bonne performance, et on me dit que ma thèse est une contribution importante à la géographie. Remballez, y'a rien à voir.

La préparation de l'après-thèse

Posté par Supertzar à 20:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Histoires d'un chercheur (2)

    After read blog topic's related post now I feel my research is almost completed. happy to see that.Thanks to share this brilliant matter.

    Posté par Buy Research, 04 octobre 2010 à 13:51 | | Répondre
  • Good Essay Topics

    Thank you for sharing this information. The information was very helpful and saved a lot of my time.

    Posté par Good Essay Topic, 10 décembre 2010 à 13:00 | | Répondre
Nouveau commentaire